La Passagère d’Apocalypse

premiere-de-couverture.jpg

Charles Simond

La Passagère d'Apocalypse

Illustrations d’Eliane Achard

 

 

 

Il arrive un temps où les amis nous quittent, emportés par la finalité d’une vie somme toute commune. C’est de ça qu’il s’agit ici, de cette interrogation sur le sens de la vie. De ce regard du poète sur l’évidence, la simplicité des jours qui s’égrènent, la vie semblable à cette pâte que le boulanger tient dans ses mains, l’odeur du pain chaud, le goût aussi… Et puis l’espoir, l’amour qui illumine des jours nouveaux, qui donne encore un sens à l’avenir.

 

 

La souffrance des autres ne nous appartient pas. Elle est une lame qui ne nous transperce que la tête.

 

L’esprit.

 

Alors qu’elle leur fouille les chairs. J’enlève mon chapeau. J’ai vu quelqu’un le faire. C’est plus correct. Ils disent pour le mort.

 

La souffrance est comme l’arête dans le poisson. En trop. Pas pour le poisson. D’être de chair le poisson meurt assassiné. Je suis végétarien. Nos chairs ne se rencontrent pas.

Extrait à lire

Couverture & illustrations / Encres

© Eliane Achard

 

 

 

 

 

La Passagère D'Apocalypse — © Editions Musimot / 2012
ISBN 979-10-90536-01-2 — Prix : 12 €

 

 

Acheter ce Livre